HISTORIQUE DE LA FONDATION

De la Société des Amis du Château de La Sarraz à la Fondation!

Le Château de la Sarraz a été légué en 1911 par le dernier châtelain Henry de Mandrot à la Société des Amis du Château de La Sarraz – Musée Romand (SACS) avec pour missions :

  • Entretenir et conserver le château,
  • Assurer l’accès au public,
  • Conserver et présenter aux visiteurs du château les collections de meubles anciens et d’œuvres d’art qu’il contient,
  • Recueillir et conserver au château meubles ou objets présentant un intérêt historique ou artistique,
  • Favoriser le développement de la culture et des arts en Suisse romande.

Pendant plus d’un siècle, l’association, fut à l’origine de nombreux évènements dans le monde de la culture et de l’histoire de l’art. D’importantes rénovations ont eu lieu dans les années 1990 laissant derrière elles un édifice rénové avec soin et encore aujourd’hui dans un très bon état de conservation. La SACS comptait près de 280 membres en mars 2016.

C’est à fin novembre 2013 que, face à une situation financière en chute libre, le Président de l’association donna sa démission sans délai, accompagné de plusieurs membres du Comité. Par manque de moyens, le Musée Romand fut dans l’obligation de fermer ses portes tout comme le café Belle-Hélène.

Afin de ne pas assister à la faillite immédiate de la SACS, il s’établit d’emblée un Bureau de crise composé de six personnes : Annette Schneider à la présidence ad intérim, Catherine Vermeil directrice, Florence Bonneru responsable adjointe, Fabienne Baseia historienne, Gérald Hirsig et Francis Randin consultants bénévoles, pour assumer les affaires urgentes et conduire un nouveau Comité lors de l’assemblée générale de juin 2014, dans lequel figuraient le Conservateur cantonal et la Syndique de La Sarraz.

Cette réorganisation achevée, un projet muséographique a été élaboré pour la réouverture du musée. Une étude approfondie s’est engagée avec le concours de spécialistes en muséologie, conservation, architecture et finances, à titre bénévole. C’est ainsi que le Projet Renaissance est né à fin juillet 2014, puis présenté publiquement lors du repas de soutien de la SACS. Le projet fut également exposé aux Etats généraux de Morges Région Tourisme en mai 2015 et fut à l’origine du Prix du Patrimoine de la Confrérie de bourgeois vaudois en octobre 2015 pour la finalisation de l’inventaire des collections. Le projet Renaissance reçut cependant des critiques des milieux politiques notamment pour son élitisme, adressé à un public-cible trop étroit, et son budget de fonctionnement. Il prit un retard important dans ses recherches de financement. Il ne put finalement aboutir.

Afin de sortir la SACS de l’impasse, une liquidatrice officielle avec le concours des instances cantonales fut nommée avec pour mission de trouver des solutions rapidement, d’organiser une assemblée générale extraordinaire avec le Comité et d’envisager la création d’une fondation. L’assemblée générale extraordinaire se déroula le 8 mars 2016 et aboutit à la mise en liquidation de la SACS et la nomination de Me Laure Thonney liquidatrice.

Un futur Conseil de fondation fut rassemblé en avril 2016 composé de personnalités actives dans la région de La Sarraz et dans des secteurs d’activités précis. Le Conseil communal apporta son soutien à la future Fondation en votant le 23 juin 2016 l’octroi d’un financement de CHF 800’000 à fonds perdus et le rachat de l’immeuble Le Majorat dont la SACS était propriétaire. La Fondation fut créée le 30 juin 2016. Catherine Vermeil assura la direction jusqu’en mai 2016 et accepta un nouveau poste dans un établissement culturel renommé. Elle fut remplacée par Florence Bonneru, son adjointe.